Comment s'organise un audit comptable ?

Effectuer un audit comptable revient à recourir aux services d'un expert en vue d'une révision des états financiers par un tiers. C'est un élément de contrôle à la fois utile pour l'entreprise et indispensable juridiquement. Un audit comptable revêt donc un caractère neutre et obligatoire.

Les experts

Deux grandes catégories d'audit comptable sont à souligner, l'audit comptable interne et l'audit comptable externe. Si l'audit interne peut être effectué par une personne travaillant au sein de l'organisation, l'audit externe, par contre, doit être exécuté par une tierce personne. Toutefois, ces types d'audits doivent être effectués par des professionnels qualifiés comme les experts comptables et inscrits à l'Ordre des Experts Comptables.

Leurs missions

L'audit comptable peut être sollicité dans deux cas. Il est effectué pour un contrôle légal dans le cas où il est demandé par un juge, chez certaines sociétés de capitaux et dans une société à la demande des associés. L'audit comptable doit ainsi relater une image fidèle de l'entreprise, il doit refléter son état de « santé ». C'est pour cette raison que l'expert a obligation de sincérité et de véracité. Il doit procéder à un examen analytique, aux contrôles de vraisemblances, aux contrôles sur pièces et à des sondages. Il doit également certifier la régularité et la sincérité des comptes, tout en apportant des preuves provenant de l'entreprise ou de l'extérieur. Pour atteindre ces objectifs, l'expert doit à priori connaître l'entreprise dans sa généralité, en s'informant sur sa structure ainsi que sur son domaine d'activité. Ensuite, il doit évaluer le contrôle interne. Ce procédé consiste à évaluer les dysfonctionnements du système et les risques à prévenir. Enfin, l'expert passe à l'examen des comptes et des états financiers, avant d'établir son rapport.

Les outils

Pour mener à bien sa mission, l'expert comptable doit disposer de tous les outils nécessaires. L'entreprise doit mettre à sa portée tous les documents comptables de l'exercice. L'expert doit d'abord avoir pour son compte ses dossiers de travail pour un suivi régulier, pour les informations à transmettre et pour les preuves à apporter. Il doit également se permettre de consulter les documents d'affaires courantes, entre autres le journal de l'entreprise, le grand livre, la balance, ainsi que les documents de synthèse comme le bilan, le compte de résultat et les annexes.

Les normes et réglementations

Les missions de l'expert sont stipulées par la loi du 8 août 1994 modifiant l'article 2 de l'ordonnance du 19 septembre 1945. Elles consistent à tenir ou réviser la comptabilité d'un organisme où il n'est pas lié au contrat, certifier la régularité et la véracité des bilans et des comptes de résultat et d'analyser la situation de l'entité. Les normes actuelles en France sont les normes d'exercice professionnel de la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes et celles de l'Ordre des Experts Comptables. Sur le plan international, elles sont établies par l'IFAC, qui a mis en place la Norme Internationale d'Audit ou ISA. L'ISA 230, par exemple, est la norme relative à la documentation de l'audit. Les normes sont cependant susceptibles de modifications au fil du temps.