Après la copropriété, la multipropriété: c\'est quoi exactement?

La multipropriété ou propriété partagée est un nouveau concept d'hébergement qui affiche de nombreux avantages. Certaines précautions doivent être prises si l'on souhaite se lancer dans ce genre d'acquisition.

Définition et fonctionnement

La multipropriété est un contrat spécifique d'acquisition donnant droit aux occupants de jouir d'un logement pour une période donnée de l'année et pour une durée limitée. Le plus souvent, il s'agit d'une résidence de vacances. Les occupants partagent le même logement, mais ce dernier reste cependant la propriété de l'entité qui commercialise le système de temps partagé. L'acquéreur achète donc des parts chez elle et devient automatiquement un associé. En échange, il bénéficie du droit d'occuper, pendant une période limitée, un appartement meublé défini dans le contrat. Le client dispose de ses parts comme il l'entend. Il peut ainsi les céder, les léguer, louer sa période acquise ou les revendre.

Les risques liés à la multipropriété

Les litiges surviennent quand les vendeurs ne respectent pas leurs engagements. Quelquefois, des charges supplémentaires sont imposées à l'acheteur et il lui arrive également de ne pas être en mesure de revendre son bien. Il ne faut pas se méprendre sur le titre de propriétaire. Effectivement, l'acquéreur n'est pas propriétaire, mais seulement un associé de la société chez qui il a acheté des parts. De ce fait, il s'agit d'une simple concession et non d'un titre de propriété ni d'un produit d'investissement. Si l'acheteur désire solliciter un crédit pour l'acquisition, ce ne sera pas un crédit immobilier, mais un crédit à la consommation.

Conseils avant d'acheter

Le principe de la multipropriété a suscité de nombreuses polémiques sur le fait que des cas d'arnaques se sont multipliés. Pour éviter de nouveaux abus, un syndicat des professionnels en propriété partagée a vu le jour. Dans tous les cas qui se présentent, vigilance reste de mise. Comme pour tout acte de vente, il faut faire attention à divers paramètres tels que le montant annuel des charges, les différentes conditions d'échange, la durée du contrat et la période acquise. Il est recommandé d'effectuer la vente auprès d'un notaire et non sous seing privé pour pallier tout risque de désagréments.